Arts et Littérature

 
Le paysage est fait pour être regardé ; le plus souvent, le portrait nous regarde, et de manière énigmatique ou insolente. Mais on peut  aussi couver un portrait du regard : l’amoureux vole l’effigie de l’être aimé pour la contempler en cachette. Le portrait est donc compromettant : c’est un rapt symbolique, une atteinte à l’intimité que nous soyons ravis ou ravisseurs. Le portrait officiel ou mondain tente de calmer le jeu : Je suis le roi, mon portrait orne les écus. Mais quand on prend la pose, on risque le ridicule : c’est la caricature. Entre dérobade et parade, incognito et exhibition, l’autoportrait, renouvelé par le selfie, me montre tel que je voudrais être dans le regard des autres : équilibre fragile…

 
 

Intervenant

Jean HARTWEG

 Dates

Lieu


Château Ouvrier - Centre Florimont - 9, place Marcel Paul - 75014 Paris

Inscriptions

atelierapc@orange.fr
    


 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement